[Total : 52    Moyenne : 3.1/5]

Le Moringa Oleifera biologique, au-delà d’un complément alimentaire

Le Moringa Oleifera biologique est une plante classée dans les rangs des arbustes. De la feuille en passant par l’écorce, la racine ou même la graine, la plante est un complément alimentaire très nutritif pour la mère et l’enfant. Elle participe au traitement de plusieurs maladies fréquentes dans le quotidien des Béninois.
Originaire de l’Inde, dans les vallées au Sud de l’Himalaya, le Moringa Oleifera biologique se retrouve aujourd’hui tout le long de la zone tropicale et subtropicale. Aussi appelé « Ne meurt jamais », le Moringa biologique peut croître aussi bien sur sol riche que sur sol pauvre, et n’est que peu affecté par les conditions climatiques difficiles telles que la sécheresse. Il croît rapidement lorsqu’il est semé ou coupé, tout comme il peut se régénérer par lui-même, après une coupe très sévère.

Poudre de feuilles de moringa biologique riche en antioxydant naturel puissant

Poudre de feuilles de moringa biologique riche en antioxydant naturel puissant

Reconnaître le Moringa biologique et son utilité
Selon le botaniste Valère Ezin Bocohaya, le Moringa oleifera biologique est appelé yovokpatinman en langue Fon ou éwèigbalè chez les Yoruba ou Nago. « C’est une plante des régions tropicales, c’est-à-dire les régions chaudes (Afrique, Asie, inde etc.), dont la hauteur ne dépasse généralement pas 7 à 8 mètres. Nous le qualifions pour cela d’arbuste. C’est une plante reconnaissable au plan botanique par ses feuilles composées de nombreuses folioles. Ces feuilles sont à nervation partiellement tripennée, disposée d’une façon spécifique le long de la tige. Au Benin, cette plante domestiquée se retrouve le plus souvent dans les milieux urbanisés où elle sert de palissade, de clôture provisoire. Le fruit est une gousse à trois côtés, c’est-à-dire, un fruit sec qui s’ouvre à maturité par deux fentes longitudinales ».

Une plante riche en protéines et acides aminés
Les feuilles du Moringa biologique ont une valeur alimentaire, de même que les jeunes racines qui sont consommées comme légume. Des études phytochimiques réalisées sur cette plante ont permis d’isoler des substances antibiotiques dont certaines se révèlent actives sur Escherichia coli et micrococus aureus qui sont des bactéries redoutables. Une substance appelée moringine est extraite de l’écorce du tronc ou de la racine et a un effet hypertensif, donc utile pour les hypotendus. L’écorce a également des propriétés antiscorbutiques, toniques, et une action favorable sur les sécrétions bronchiques. Le suc des feuilles est instillé dans les yeux contre les céphalées et les convulsions. La valeur nutritive des feuilles de Moringa est d’une richesse rarement observée. En effet, les feuilles contiennent une très grande concentration de vitamines A et C, un complexe de vitamines B, du fer, du calcium, des protéines, du zinc, du sélénium et, phénomène assez rare pour une plante, elle possède les 10 acides aminés essentiels à l’être humain. La grande teneur en fer, protéines, cuivre et diverses vitamines et acides aminés essentiels des feuilles de Moringa biologique en font donc un complément nutritionnel idéal. En outre, insérer les feuilles de Moringa biologique dans les programmes de lutte contre la malnutrition permet de remettre l’accent sur les ressources disponibles localement. Les graines de Moringa Oleifera, une fois transformées en poudre, deviennent un floculant naturel qui peut clarifier les eaux troubles, dissipant de ce fait 90 à 99% des bactéries. En effet, il a été démontré que ce mélange de graines constitue un coagulant de premier ordre pour le traitement de l’eau des rivières possédant un haut niveau de matériel solide en suspension. (>100 UTN-unités de turbidité néphélométriques). Le mélange de graines broyées peut être préparé à partir des graines, mais aussi des résidus pressés (tourteaux) obtenus lors de l’extraction de l’huile des graines.

Très utile dans la médecine traditionnelle, le Moringa biologique produit de l’huile
Les graines de Moringa biologique contiennent 40% d’huile et le profil de l’acide gras de l’huile démontre qu’elles contiennent 73% d’acide oléique. L’huile de Moringa biologique se rapproche donc d’une huile de qualité supérieure telle que l’huile d’olive. L’huile de Moringa peut être utilisée comme huile végétale comestible et huile de cuisson (elle rancie très lentement) ; comme huile industrielle ; ou comme huile de qualité dans l’industrie cosmétique et de parfums ou encore comme huile d’éclairage dans les lampes à huile car elle produit une lumière claire presque sans fumée ou enfin, comme base pour les peintures fines. Les feuilles, les fruits, les graines, les racines, l’écorce mais aussi les fleurs possèdent chacun des vertus médicinales particulières. Toutes ces utilisations n’ont pas encore été vérifiées par la science, mais le Moringa biologique est considéré comme un traitement contre l’anémie, la perte d’appétit et il augmente la lactation des femmes – les douleurs gastriques, l’ulcère à l’estomac, la diarrhée, la dysenterie, la colite et il peut être utilisé comme laxatif, purgatif et diurétique – les rhumes, bronchites, fièvre et maux de tête – les rhumatismes, les crampes musculaires, les bleus et ecchymoses – les infections cutanées, la gale, les mycoses, les piqûres d’insectes. Le Moringa biologique peut être également utilisé dans certains cas de diabète pour stabiliser le taux de sucre et peut stabiliser la tension artérielle. Parmi les utilisations de cet arbre, on peut citer, fourrage du bétail (vaches, moutons, chèvres, porc, lapins) et aliment pour les poissons (ex : les carpes), production de biogaz, teinture (de couleur bleue) et tannin pour les peaux de bêtes, fertilisation et prévention de certaines maladies des plantes (ex : Pythium de baryanum), substance nutritive pour l’appareil foliaire (augmentation du rendement des récoltes de plus de 30%), engrais vert, fabrication de papier, de cordes, etc… Malgré cette richesse incommensurable que contient le Moringa Oleifera biologique, très peu de Béninois connaissent cette plante. Sinon, les quelques-uns qui en ont entendu parler ne l’ont pas prise au sérieux. Il importe qu’à l’instar des quelques Ong qui s’investissent dans la promotion de cette plante, que les autorités du Ministère de la santé publique créent un projet afin de vulgariser les bienfaits de cette plante.


[Total : 15    Moyenne : 3.3/5]

Le Moringa bio, ou moringa olifeira pour les botanistes, est l’un des arbres tropicaux les plus riches et les plus polyvalents sur terre.

On l’appelle aussi « Ne meurt jamais », car il peut croître aussi bien sur sol riche que sur sol pauvre et n’est que peu affecté par des conditions climatiques difficiles telles que la sècheresse. Il croît rapidement lorsqu’il est semé ou coupé. Il peut également se régénérer par lui-même, après une coupe très sévère. Le moringa bio est un arbre originaire de l’inde, dans les vallées au Sud de l’Himalaya. Il est retrouvé tout le long de la zone tropicale et subtropicale. Il s’agit d’un arbre noueux aux feuilles ébouriffées. Le moringa bio peut croître non seulement sur sol riche mais encore sur sol pauvre. Ses gousses et ses feuilles sont d’un usage sans délai. Le moringa bio est d’une rare puissance et possède un énorme potentiel. Il a des vertus diététiques, agronomiques et médicinales.

Le moringa sauvage biologique

Le moringa sauvage biologique

Plante Ă  tout-faire

La première vertu et la plus connu de la plante réside dans ses feuilles. Son surnom de « mother’s best friend » n’est pas usurpé car grâce au moringa bio, les enfants en détresse nutritionnelle peuvent être sauvés. La valeur nutritive des feuilles de Moringa bio est d’une richesse rarement observée. En effet, les feuilles contiennent une très grande concentration de vitamines A et C, un complexe de vitamines B, du fer, du calcium, des protéines, du zinc, du sélénium et, phénomène assez rare pour une plante, elle possède les 10 acides aminés essentiels à l’être humain. La grande teneur en fer, protéines, cuivre et diverses vitamines et acides aminés essentiels des feuilles de Moringa bio en font donc un complément nutritionnel idéal. Les feuilles du moringa bio peuvent servir aussi à reconstruire et à renforcer les os fragiles, à combattre les anémies et la malnutrition, à guérir les pertes de sang, la dysenterie, les infections cutanées et les coliques. Il est en plus un bon laxatif et un bon purgatif, il sert donc à évacuer les selles. En outre, Il est un diurétique, il augmente donc la sécrétion urinaire. Le Moringa bio est un réservoir de nutriments. Il renferme la vitamine A qui agit comme un bouclier contre les maladies ophtalmologiques et cardio-vasculaires, la vitamine C qui combat une multitude de maladies telles que les rhumes et la grippe, le potassium, très important pour le fonctionnement du cerveau et des nerfs, le calcium, ce nutriment qui sert à bâtir les os et les dents fortes et prévient contre l’ostéoporose, et les protéines qui maintiennent toutes les cellules de notre corps.

Les feuilles, les fruits, les graines, les racines, l’écorce mais aussi les fleurs possèdent chacun des vertus mĂ©dicinales particulières. Toutes ces utilisations n’ont pas encore Ă©tĂ© vĂ©rifiĂ©es par la Science, mais le Moringa bio est considĂ©rĂ© comme un traitement contre l’anĂ©mie, la perte d’appĂ©tit, les douleurs gastriques, l’ulcère Ă  l’estomac, la diarrhĂ©e, la dysenterie, la colite, les rhumes, bronchites, fièvre et maux de tĂŞte – les rhumatismes, les crampes musculaires, les bleus et ecchymoses – les infections cutanĂ©es, la gale, les mycoses, les piqĂ»res d’insectes. Il augmente la lactation des femmes et il peut ĂŞtre utilisĂ© comme laxatif, purgatif et diurĂ©tique. Le Moringa bio peut ĂŞtre Ă©galement utilisĂ© dans certains cas de diabète pour stabiliser le taux de sucre et peut stabiliser la tension artĂ©rielle.

Par ailleurs, le moringa bio peut servir à purifier les eaux en détruisant 90 à 99% des bactéries. Ses graines contiennent 40% d’huile. Cette huile se rapproche d’une huile supérieure comme l’huile d’olive. Le même moringa bio peut servir à faire le fourrage des vaches, des moutons, des chèvres, des porcs ainsi que des lapins. Pour ceux qui tiennent des piscicultures, il est un bon aliment pour les poissons. Il sert dans la production du biogaz, de la teinture, et du tannin pour les peaux des animaux. Il contribue à la fertilisation et est une subsistance nutritive très riche pour l’appareil foliaire (flore intestinale).


[Total : 4    Moyenne : 4.5/5]

Le moringa pourrait à la fois nourrir les Africains et débarrasser Rhône et étangs des PCB, métaux et pesticides. Utopique ou génial, au choix.

On se mĂ©fie, d’abord. Comment un arbre pourrait-il guĂ©rir tous les maux de la terre, et accessoirement ceux de la Camargue ? C’est pourtant la promesse d’un consultant, Georges Senot, sĂ»r d’éradiquer PCB, pesticides, mĂ©taux lourds, mĂ©dicaments… Et assurer qui plus est une dĂ©moustication efficace ! Son idĂ©e : dĂ©polluer RhĂ´ne et Ă©tangs grâce aux graines, utilisĂ©es en tourteaux, d’un arbre d’origine indienne, le moringa oleifera, très prĂ©sent aussi en Afrique depuis le XIXe siècle. Georges Senot s’est cassĂ© les dents Ă  taper Ă  la porte des institutions, dont l’Organisation mondiale de la santĂ© (OMS) qu’il soupçonne d’avoir mis le moringa “sur une liste noire”. Selon lui, si on ne recourt pas aux vertus de l’arbre, c’est qu’”il est très dangereux pour le système industriel”. Il viendrait perturber les plans des rĂ©seaux pharmaceutiques et pĂ©troliers ou des grands groupes de traitement des eaux. Et pourtant, “cet arbre est tellement merveilleux qu’on a peine Ă  croire tout ce qu’il peut faire”. Les feuilles pourraient soigner des maladies, au grand dam des laboratoires. Son pouvoir nutritionnel est dĂ©jĂ  reconnu. L’huile extraite pourrait servir de carburant “et on pourrait laisser le pĂ©trole sous terre”. Sans compter, donc, son potentiel dĂ©polluant… En Camargue comme en Bretagne : “Vous mettez du moringa et il n’y a plus d’algues vertes ni de nitrates.”

Le moringa oleifera ou " arbre de vie"

Le moringa oleifera ou ” arbre de vie”

Fidel Castro ne jure que par le moringa et veut en couvrir les terres de Cuba

Un arbre miracle, potion magique, Ă  en croire Georges Senot… “Je suis prĂŞt Ă  prendre de l’eau du Gange, Ă  mettre du moringa dedans et Ă  boire l’eau, c’est mieux que l’Evian !”, s’enthousiasme-t-il. Il cherche Ă  convaincre des collectivitĂ©s, partout oĂą le moringa pourrait ĂŞtre efficace, de la pertinence de son utilisation. Rien de plus simple, selon lui : les graines de moringa – comme des gros haricots – peuvent ĂŞtre utilisĂ©es comme floculant des impuretĂ©s de l’eau. “Ça fait aimant et tout tombe au fond. On drague ensuite et on fait brĂ»ler tout ça dans les cimenteries.” EmployĂ© comme insecticide, le moringa serait en outre une alternative Ă  l’agent utilisĂ© pour la dĂ©moustication de la Camargue, le BTI, “qui n’a rien d’écologique contrairement Ă  ce qu’on dit”. Au moins un politique s’est emparĂ© du sujet : Fidel Castro ne jure que par le moringa et veut en couvrir les terres de Cuba. L’Inde “est avancĂ©e lĂ -dessus, mais dans le secret”. Le moringa a l’avantage de nourrir les populations locales. Un MontpelliĂ©rain en atteste. Jacques Plan est directeur de Cofor international, une branche de l’association des communes forestières. “C’est un complĂ©ment alimentaire assez miraculeux”, soutient-il. Les feuilles sont utilisĂ©es vertes en lĂ©gumes, ou sont sĂ©chĂ©es et transformĂ©es en poudre. Certains orphelinats en ont fait, en Afrique, leur produit phare : la renutrition classique coĂ»te cher, et le moringa apporte les protĂ©ines et les Ă©lĂ©ments minĂ©raux nĂ©cessaires.

Georges Senot est sûr que le moringa pourrait être un remède à la famine

VoilĂ  qui en ferait un exemple de coopĂ©ration Nord-Sud. Un arbre tropical impossible Ă  transplanter sous nos latitudes mais qui pourrait Ă  la fois nourrir les populations du Sud et rĂ©sorber les excès industriels du Nord. “Ça filtre les bactĂ©ries, assure Jacques Plan. Vous garantir que ça purifierait les eaux du RhĂ´ne, honnĂŞtement, je ne peux pas. Mais je peux vous certifier que les enfants malades, avec le moringa, recouvrent la santĂ©. Des trucs miracle, on en a vendus beaucoup aux Africains, comme la culture du jatrofa (une plante, NDLR) pour en faire du carburant. Mais le jatrofa est toxique. Les gens s’empoisonnent. Le moringa, ils connaissent. On ne pourrait pas nous accuser de faire une production d’exportation, puisqu’on n’exporterait que les tourteaux. C’est du gagnant-gagnant.” Georges Senot, quant Ă  lui, est sĂ»r que le moringa pourrait ĂŞtre un remède Ă  la famine : il ne pousse que dans les zones tropicales, et c’est lĂ  oĂą se cristallise la faim dans le monde. “Il faut donner du moringa Ă  ces populations. C’est un sujet explosif et je suis prĂŞt Ă  mettre le feu.”

Des expériences voisines sont déjà menées : à Saint-Just (Hérault), la Lyonnaise des eaux piège sur une zone humide les résidus médicamenteux et cosmétiques au débouché d’une station d’épuration. A Saint-Laurent-le-Minier (Gard), ce sont les sols qu’on dépollue avec des plantes locales qui stockent les métaux lourds sur le site de l’ancien bassin minier.

De Montpellier au BĂ©nin

Jacques Plan est ingénieur forestier tropical. Il avait été détaché du ministère de l’Agriculture pour s’occuper de ce secteur au sein de Cofor, l’association des communes forestières françaises. Une branche spécifique a été créée en 2009. Jacques Plan étant Montpelliérain, le siège a donc été implanté dans la capitale régionale. Cofor international mène en ce moment un programme au Bénin, pour créer des forêts communales. « On en est déjà à 350 000 hectares et l’objectif est de 600 000 », insiste Jacques Plan. La culture itinérante détruit les forêts. Une production comme le moringa pourrait permettre de trouver un débouché économique.
Jacques Plan est aussi partie prenante d’une autre association montpelliéraine, Silva. Elle rassemble « des gens qui ont passé des dizaines d’années en Afrique », à l’instar de salariés du Cirad ou de Supagro. Parmi les projets, la sensibilisation des enfants aux forêts souvent extrêmement dégradées.


[Total : 18    Moyenne : 3.4/5]

Tout sur la culture du Moringa bio

Semis

Il est préférable pour des raisons de coût et également pour des raisons techniques (fragilité de la racine) de semer directement le Moringa bio dans les champs, plutôt que de repiquer des plants produits en pépinière.
Avant le semis, le sol doit être défriché et labouré.
En général on sème deux graines par poquet, à faible profondeur (2 cm maximum). Si les deux graines germent, lorsque les plants atteignent une hauteur d’environ 30 cm, on arrache le plant le plus grêle pour ne garder que le plus vigoureux.

Espacement

Pour une plantation en monoculture, les arbres sont espacés de 1 mètre sur 1 mètre (photo 1).
Pour une haie, les arbres sont espacés d’un mètre et placés en ligne.
Pour une production en association avec d’autres cultures (agroforesterie), les arbres sont placés en ligne, espacés d’un mètre, et les lignes de Moringa bio sont espacées de trois ou quatre mètres, pour que les cultures intercalaires se développent bien.

Irrigation

Le Moringa bio peut germer et se développer sans irrigation s’il est semé à la saison des pluies.
Sa racine tubéreuse, qui lui sert de réserve d’eau, se forme vingt jours après le semis et permet aux jeunes plants de supporter la sécheresse.
Cependant, pour une production de feuilles satisfaisante, il est préférable d’irriguer en période sèche.

Besoins en eau selon les zones climatiques :
– En zone soudanienne (sud du Togo, par exemple), la production de feuilles est possible toute l’annĂ©e sans irrigation (avec une baisse de production en pĂ©riode sèche).
– En zone de savane (nord Benin par exemple), les plantations peuvent ĂŞtre conduites sans irrigation mais les rĂ©coltes de feuilles seront interrompues en saison sèche.
– En zone sahĂ©lienne (Niger par exemple), les plantations doivent ĂŞtre irriguĂ©es toute l’annĂ©e (tous les jours en saison sèche, deux ou trois fois par semaine en saison humide). Il est cependant possible d’irriguer que lorsque l’on dispose d’eau, et de laisser les arbres au repos en saison sèche. Ils perdront leurs feuilles mais ne mourront pas.

Fertilisation

Le Moringa bio peut produire de grandes quantités de feuilles, mais seulement s’il regret des apports organiques suffisants. Ses feuilles sont riches en protéines, il a donc besoin de trouver de l’azote dans le sol. Les minéraux et oligo-éléments si importants dans ses feuilles doivent aussi mettre apportés par le sol.
Plutôt que des engrais chimiques, le compost (déchets végétaux qu’on a laissé pourrir en tas) et le fumier (crottes d’animaux mélangées a déchets végétaux) peuvent apporter les nutriments nécessaires tout en améliorant le sol. C’est le mélange de déchets en décomposition rapide (crottes, végétaux verts et tendre) et a décomposition lente (paille, végétaux secs et fins branchages) qui assure la meilleure fertilisation.
La fertilisation se fait d’abord au moment du labour, avant le semi.
Ensuite, il est important d’apporter du fumier ou/et du compost au moins une fois par an, par exemple en début de saison des pluies, lorsque les arbres vont reprendre une production importante. S’il y a deux saisons des pluies, deux apports sont conseillés.

Plantation, culture de moringa bio

Plantation, culture de moringa bio

Sarclage

Pour une bonne production, les parcelles de Moringa bio doivent être sarclées régulièrement.

Taille

La taille est la pratique culturale la plus importante dans la production de feuilles de Moringa bio. En effet, le Moringa bio a tendance à pousser en hauteur et à produire des feuilles a l’extrémité de ses branches. Si on ne le taille pas, on aura donc des longues branches verticales portant quelques bouquets de feuilles inaccessibles à leur sommet.
La taille a pour but de favoriser la formation de branches secondaires et de donner regret l’arbre une forme de buisson touffu.
Lorsque le plant en plein champ atteint environ 60 cm (au bout de trois mois en général), on coupe la tige principale a 10 cm de son sommet (dessin n°1). On peut facilement la couper a la main ou entre les ongles, car elle est cassante.
Une semaine plus tard, on voit apparaître des branches secondaires. Lorsque celles-ci atteignent à leur tour une longueur de 20 cm, on les coupe à 10 cm de leur extrémité.
Des branches tertiaires vont apparaître, et l’arbre se développera en forme de buisson, avec les feuilles facilement accessibles pour la récolte.

Ensuite, c’est au moment des récoltes que les arbres seront raccourcis (voir récolte).
Si les arbres perdent leur forme buissonnante, par exemple en saison sèche lorsqu’ils ne sont pas récoltés, il est possible de les tailler a nouveau avant la saison des pluies, et même de les couper au raz du sol si nécessaire (c’est ce qui est pratiqué une ou deux fois par an au Niger). Le Moringa bio aime la taille, il ne faut pas hésiter à le raccourcir souvent.

Lutte contre les ravageurs

M. oleifera est peu sensible à l’attaque de ravageurs. Toutefois on observe parfois des attaques de chenilles ou de sauterelles, surtout dans les régions sèches ou le feuillage de Moringa bio attire fortement ces insectes. La meilleure solution dans ce cas semble être de couper les arbres à raz pour ne laisser aucune partie verte. La repousse est ensuite très vigoureuse.
Les traitements chimiques sont à éviter dans la mesure du possible car les récoltes sont fréquentes (tous les 30 a 45 jours) il y a de fortes chances que des résidus de pesticides persistent dans les feuilles.
Certains agriculteurs traitent avec des insecticides à base de Neem, de l’eau savonneuse à 3%, ou d’autres procédés biologiques.
Les parcelles de Moringa bio doivent être efficacement protégées du bétail. Au Niger, les agriculteurs utilisent les branches de Moringa bio pour confectionner des clôtures.

RĂ©colte

On peut commencer à récolter les feuilles trois à quatre mois après le semis.
Si l’on souhaite produire des feuilles avec une teneur maximale en protéines et le moins possible de lignine (parties dures), les récoltes doivent se faire tous les 30 à 40 jours.
Cependant, en l’absence d’irrigation, les feuilles peuvent prendre davantage de temps à repousser (une récolte tous les deux mois en saison sèche par exemple). Des récoltes plus rapprochées sont aussi possibles (tous les quinze jours au Niger).

Deux méthodes de récolte sont possibles :
1. Coupe de toutes les branches feuillées à 50 cm du sol (photo 1). Les feuilles sont ensuite arrachées des branches à l’extérieur du champ (photo 2). Les branches vertes restantes peuvent être données aux animaux comme fourrage. Cette méthode est la meilleure pour deux raisons :
• Les arbres sont taillés à chaque récolte et gardent un port buissonnant
• Les repousses de feuilles sont très vigoureuses et nombreuses
1. On coupe toutes les branches
2. On arrache les feuilles des branches Ă  la mĂŞme hauteur
3. Les feuilles prêtes à être séchées, vendues, ou effeuillées pour être cuisinées

2. L’autre méthode est l’arrachage direct des feuilles dans le champ, au niveau de leur insertion sur les branches. La récolte est plus rapide, mais la repousse est moins abondante et l’arbre ne fait pas de ramifications. Cette méthode doit impérativement être couplée à une taille deux fois par an pour que les arbres restent buissonnants. Cette taille s’effectue au niveau du tronc, A vingt centimètres du sol.

Durée de vie de la plantation

Le Moringa bio ayant une racine de type tubercule, l’encombrement des racines dans le sol peut conduire à une baisse de production si les arbres sont densément plantés (monoculture).
Cependant, cette baisse n’a été constatée quand dans les plantations de production fruitière en Inde, et dans les systèmes de production de feuille très intensifs (écartement 10 cm entre chaque plant) au Nicaragua. Pour les systèmes de culture décrits dans ce document, nous ne disposons pas d’assez de recul pour connaître la durée vie optimale d’une plantation.

Production de graines

Il est préférable d’être autonome dans l’approvisionnement en graines pour renouveler ou étendre les plantations. Les arbres exploités pour la feuille ne peuvent pas produire des graines car ils sont taillés avant de former leurs fruits. Il est donc conseillé d’avoir quelques plants semenciers. Pour une bonne production de graines, les arbres doivent être espacés de trois à cinq mètres. Ils doivent recevoir la même taille de formation que les autres (décrite plus haut), et être taillées une fois par an pour garder un port buissonnant. Les feuilles ne doivent pas être récoltées. Les graines sont prêtes à être récoltées lorsque les fruits sont bruns et secs.


[Total : 9    Moyenne : 3.3/5]

L’arbre de vie Moringa dans la savane

Le genre Moringa est le seul représentant de la famille des Moringacées, famille assez proche des Brassicacées, la famille des choux. Ce genre rassemble une douzaine d’espèces. Moringa oleifera est l’espèce la plus connue, c’est à elle que l’on fait allusion quand on nomme le Moringa, sans citer l’espèce. On peut supposer que le nom d’espèce « oleifera » est en lien avec la qualité de l’huile que l’on peut extraire de la graine (voir ci-dessous).

L’arbre peut atteindre jusqu’à 10 mètres de haut, mais en culture on limite sa taille à 1 ou 2 mètres, ce qui permet de cueillir facilement les fruits et les feuilles.

Fruits secs de Moringa bio

Moringa oleifera bio est un arbre de l’Inde. Il a été introduit dans la plupart des zones tropicales de la planète; il est planté depuis plusieurs siècles en Afrique de l’Ouest. Plusieurs ONG mettent en avant ses atouts pour que sa culture se développe.

Moringa oleifera bio résiste bien à la sécheresse et peut se contenter de très peu d’eau. Son nom Wolof « Nébédaye » pourrait venir du l’anglais « Never die » à cause de sa grande capacité de reproduction végétative: dès qu’on le coupe il repousse; comme d’autres espèces de la savane tel l’Acacia seyal sa croissance est très rapide: en général entre un et deux mètres par an quand il est jeune, plus en conditions très favorables.

Les fruits bio

Fruits verts de Moringa bio

Les anglais qualifient parfois le Moringa de “Drumstick tree” , l’arbre aux baguettes de tambour, Ă  cause de la forme de ses fruits. Ce sont de longues gousses (les botanistes prĂ©fèreront sans doute le terme de siliques) dont la taille est très variable selon les variĂ©tĂ©s : les fruits des arbres sauvages sont assez petits tandis que ceux de variĂ©tĂ©s cultivĂ©es en Inde du Sud peuvent atteindre un mètre de longueur. L’arbre commence Ă  produire ses fruits dès la deuxième annĂ©e ; un seul arbre peut produire plus de mille fruits.

Ces gousses dont le gout est proche de l’asperge sont très appréciées en Inde où l’arbre maintenu à taille d’arbuste est une culture vivrière; ce légume se cuisine frais ou en conserve. Cette pratique ne se retrouve pas en Afrique de l’Ouest ou dans les Caraïbes où le feuillage est privilégié.

 

Les feuilles et les fleurs bio

La feuille composée du Moringa bio riche en antioxydants naturels puissants

La feuille composée du Moringa bio riche en antioxydants naturels puissants

Les jeunes feuilles, au gout de cresson, ainsi que les fleurs, sont consommées crues ou cuites. Leurs excellentes qualités nutritives (richesses en vitamines, protéines, calcium, potassium, oligo-éléments…) en font un aliment de choix dans des régions où la malnutrition est courante.

Les feuilles et les brindilles donnent un excellent fourrage pour tous les herbivores et le nectar des fleurs est apprécié des abeilles.

Les graines bio

Les graines non matures sont également consommables, crues ou grillées.

Elles produisent une huile de qualité, assez proche de l’huile d’olive (peut-être d’où le nom de l’espèce oleifera), qui peut être consommée dans l’alimentation, servir à la préparation de cosmétiques ou de parfums – elle retient très bien les odeurs-, ou être utilisée comme lubrifiant en horlogerie.

L’un des usages les plus intéressant et original du Moringa oleifera bio est fourni par ses graines : elles permettent la fabrication d’un floculant efficace et bon marché qui traite l’eau en supprimant la turbidité (l’aspect trouble) et en éradiquant la plupart des bactéries et virus, fournissant ainsi une autonomie une eau potable.

Les racines bio

Racines de Raifort

Les anglais nomment également le Moringa oleifera « horseradish tree », « l’arbre raifort », à cause de la forme de sa racine, et également du gout de celle-ci; elle est consommée comme condiment après un conditionnement dans le vinaigre. Il importe que cette racine ait été correctement épluchée car son écorce est toxique.

Cette grosse racine pivot, blanchâtre et peu ramifiée ne se forme que sur les arbres qui sont reproduits par semis; ce mode de reproduction est donc préférable au bouturage dans les zones semi arides, car cette racine profonde lui permet de trouver un accès moins difficile à l’eau.

Toutes les parties de la plante sont utilisées depuis des millénaires par la médecine ayurvédique pour soigner de nombreuses affections et des études sont en cours pour valider ses propriétés médicinales et en découvrir de nouvelles.

Des ONG travaillent à faire connaître cet arbre dans les zones tropicales africaines ou d’Amérique latine. Il est déjà bien répandu puis qu’on lui connait plus de 400 noms à travers le monde.


[Total : 1    Moyenne : 2/5]

L’idĂ©e d’une ressource locale capable de prĂ©venir la malnutrition et de rĂ©duire la pauvretĂ© est-elle une utopie ? L’exemple du moringa bio, qui suscite l’intĂ©rĂŞt de plus en plus d’ONG, laisse Ă  penser que non.

C’est ce qu’explique, pour We Demain, Marie-Caroline Thorn, membre du rĂ©seau Moringanews et auteure de recherches sur le moringa au Mozambique et au Togo.

Petit arbre originaire d’Inde, le moringa suscite l’intĂ©rĂŞt croissant d’ONG et d’organismes publics du monde entier. Et pour cause. Le caractère exceptionnellement nutritif de ses feuilles et les propriĂ©tĂ©s assainissantes de ses graines sont les principales vertus de cette plante surnommĂ©e « the miracle tree ».

Projets nationaux

L’industrie a dĂ©jĂ  dĂ©celĂ© et exploitĂ© le potentiel du moringa : Il est aujourd’hui facile de trouver des produits cosmĂ©tiques grand public contenant l’huile qui en est extraite. Mais le rĂ©el potentiel de cette ressource est ailleurs, Ă  l’Ă©chelle locale. Le moringa pousse en effet dans la majoritĂ© des pays tropicaux (Afrique, Asie, AmĂ©rique Latine), oĂą il permet d’amĂ©liorer les conditions de vie et de faire reculer la pauvretĂ©.

L’engouement pour cette ressource a conduit plusieurs gouvernements à mettre en place des projets d’envergure nationale, comme aux Philippines, au Burkina Faso ou en Haïti. Des projets qui visent à promouvoir la culture du moringa afin d’enrayer la pauvreté et de répondre aux défis de la malnutrition et de l’accès à une eau potable par le biais d’un cercle vertueux.

Forte valeur nutritionnelle

Les feuilles de moringa bio ont été identifiées par le Centre Mondial des Légumes de Taïwan comme la plante « à plus forte valeur nutritionnelle parmi 120 légumes étudiés ». Une consommation quotidienne de poudre de feuilles permet de diminuer le risque de malnutrition, notamment chez la femme enceinte et l’enfant en bas âge. Avec 30 grammes par jour, un enfant peut satisfaire tous ses besoins journaliers en vitamine A, 80% de ses besoins en calcium, 60% en fer et presque 40% en protéines.

De plus, ses graines, réduites en farine, participent au processus de purification d’une eau turpide. Une cuillère à soupe de farine suffit à clarifier 10 litres d’eau, par agglomération des impuretés en suspension. Cette technique, peu couteuse, permet de limiter la propagation de maladies hydriques très répandues telles que la diarrhée.

Enfin, la culture du moringa représente une source de revenus additionnels pour les agriculteurs. Elle nécessite très peu d’apports en engrais et en eau, et une main d’œuvre familiale suffit pour la récolte. Les produits frais, ou transformés, sont ensuite distribués sur les marchés locaux et commercialisés à l’export.


[Total : 13    Moyenne : 2.4/5]

Plante précieuse en phytothérapie, le moringa est un arbre miracle aux vertus exceptionnelles pour notre beauté et notre santé.

DĂ©couvrez tous ses bienfaits

Avec ses graines et son huile de moringa bio originaires des vallées du Sud de l’Himalaya en Inde, le moringa est un arbre tropical à bois tendre résistant à la sécheresse  également présent dans plusieurs pays africains, en Asie et en Amérique Latine.
La variété la plus connue est le moringa olifeira bio mais il existe d’autres variétés telles que le moringa stenopetala bio d’Ethiopie et le moringa Pérégrina bio originaire de la région de la mer rouge. L’arbre de moringa Olifeira bio cultivé en Afrique a le pouvoir de réduire bien des maux auxquels les pays du Sud sont confrontés aujourd’hui : malnutrition, maladies infectieuses dues aux eaux polluées, pauvreté. Les preuves scientifiques des bénéfices du Moringa bio viennent d’être révélées et l’offre en Europe commence à peine à se développer. L’arbre de Moringa est aussi appelé l’arbre à miracles, l’arbre éternel ou encore l’arbre du paradis.

La feuille de moringa bio est très riche en antioxydants naturels puissants

La feuille de moringa bio est très riche en antioxydants naturels puissants

Moringa bio : fruit, racine, feuille, graine, il a tout bon !

Le fruit vert au gout sucré et épicé est cuisiné comme légume.

La racine est utilisée pour lutter contre le paludisme.

Les feuilles se consomment bouillies ou sautées, la poudre de feuilles séchées (de qualité) peut s’utiliser dans tout type de mets comme complément alimentaire.

La graine peut se manger grillée comme une arachide. La poudre de la graine de moringa bio est aussi un floculant biodégradable utilisé pour clarifier l’eau insalubre à la place du sulfate d’Alumine et une source d’huile très stable aussi appelée huile de Ben.

L’huile est claire, douce, sans odeur et très résistante à l’oxydation. Elle est comestible et utilisée en cosmétique principalement dans l’industrie de la parfumerie comme fixateur de parfum. Appliquée en pulvérisation foliaire, la feuille accroît les rendements de nombreuses plantes.

La feuille de moringa bio est riche en acides aminés et acides gras essentiels. Après séchage et réduction en poudre elle devient un complément alimentaire intéressant qui se distingue de la spiruline, autre super aliment permettant de lutter contre la malnutrition, par sa plus forte teneur en calcium et en vitamine C.

Presque toutes les parties de l’arbre ont un intérêt nutritionnel, thérapeutique ou cosmétique.

Moringa bio : des valeurs nutritives intéressantes pour la femme enceinte et l’enfant

Les recherches scientifiques ont prouvé la richesse de la poudre de feuille de moringa bio en protéines, énergie, sels minéraux, vitamines et fibres.

Le moringa bio couvre en particulier les besoins nutritionnels journaliers chez la femme enceinte ou allaitante et l’aident à lutter contre l’anémie par administration d’une petite quantité (25 g).

25 g de poudre de moringa Oleifera répondent au besoin journalier de la future mère à hauteur de 21% en protéine, 84 % en calcium, 94 % en fer, 143% en vitamine C, 69 % en vitamine A, 26 % en magnésium.

Riches en minéraux tels que le zinc le phosphore, le calcium et le magnésium, le moringa bio permet de lutter contre la malnutrition et favorisent la croissance de l’enfant. Ainsi une cuillerée à soupe de la poudre de Moringa consommée 3 fois par jour couvre les besoins d’un enfant (de 6 mois à 3 ans) à hauteur de 42% en protéines, 310% en vitamine A, 125% en calcium, 41% en potassium et 71% en fer.

Les propriétés thérapeutiques et cosmétiques du Moringa bio

Les propriétés thérapeutiques des feuilles, racines écorces et tiges du moringa bio sont reconnues dans la médecine ayurvédique.

Peu connu en Europe les atouts du moringa bio suscitent depuis peu l’intérêt des professionnels du bien-être et de la beauté au naturel.

Intérêt thérapeutique

• La racine en infusion ou cataplasme lutte contre le paludisme, l’asthme, les douleurs articulaires et les inflammations.

• L’Ă©corce bouillie lutte contre les calculs urinaires.

• Les feuilles, bouillies ou sautées, améliorent la digestion.

• Le fruit cru stimule l’appĂ©tit.

• La gomme blanche pure (sève) est un antiseptique en usage externe.

• La tige macérée lutte contre la cécité.

Intérêt cosmétologique

La poudre de feuilles et huile de graines de moringa bio :

• Sur la peau : nourrit, assouplit et revitalise les peaux matures (vitamine E, antioxydant naturel puissant et anti-radicaux libres), les peaux fragiles ou très sèches sujettes à une desquamation ou des démangeaisons (vitamine A, acides gras insaturés).

• Sur le cheveu : lutte contre la sécheresse, la dévitalisation du cheveu et des fourches (vitamine A), la calvitie (vitamine B) et améliore la circulation sanguine (vitamine E).

Acheter du moringa bio ? Attention à sa qualité !

Déjà commercialisé aux États-Unis, en Inde et sur le continent Africain, le développement de l’offre du Moringa en Europe se trouve entravé par la législation de l’union européenne sur les novel food (Nouveaux aliments et ingrédients en provenance de pays tiers). La demande d’autorisation de mise sur le marché a été effectuée mais l’absence de standards de qualité communs semble freiner la validation de cette plante par la commission européenne.

La poudre de feuilles, les graines, l’huile, les gélules, les tisanes et boissons de Moringa bio sont disponibles mais uniquement sur le web et en quantités limitées en attendant une autorisation de mise en marché effective.

Si vous avez cependant l’opportunité de vous approvisionner en dehors de l’Union Européenne, voici quelques précautions à prendre pour éviter les mauvaises surprises:

– MĂ©fiez-vous des contrefaçons (ajout de brindilles dans la poudre de feuille) ou dilution de l’huile de graines de moringa.

– Veillez Ă  la qualitĂ© de la poudre de moringa qui se dĂ©termine durant la phase de sĂ©chage en rĂ©clamant des analyses microbiologiques qui garantissent l’absence de pathogènes.

– Veillez Ă  la qualitĂ© de l’emballage qui doit ĂŞtre opaque ou protĂ©gĂ© de la lumière pour prĂ©server au mieux les propriĂ©tĂ©s de l’huile, de la feuille et la poudre de moringa Oleifera.

– Approvisionnez-vous de prĂ©fĂ©rence auprès d’un distributeur agrĂ©Ă©.


[Total : 6    Moyenne : 3.7/5]

Moringa, ou moringa olifeira pour les botanistes, est l’un des arbres tropicaux les plus riches et les plus polyvalents sur terre. Au Bénin, cette ressource naturelle est connue sous la dénomination de « kpatiman ».

Description de l’arbre

Il est appelé aussi acacia blanc, ben ailé, moringa ailé, benzolive, pois quenique, neverdie, mother’s best friend, et ne meurt jamais. Le moringa est un arbre originaire de l’inde, dans les vallées au Sud de l’Himalaya. Il est retrouvé tout le long de la zone tropicale et subtropicale. Il s’agit d’un arbre noueux aux feuilles ébouriffées. Le moringa peut croître non seulement sur sol riche mais encore sur sol pauvre. Il est très peu affecté par la sècheresse et grandit rapidement lorsqu’il est semé ou coupé et peut atteindre une hauteur de 3 mètres dès la première année. Ses gousses et ses feuilles sont d’un usage sans délai. Le moringa est d’une rare puissance et possède un énorme potentiel.

Des vertus exceptionnelles

Il a des vertus diététiques, agronomiques et médicinales. Cette ressource végétale est utilisée pour soigner le diabète, l’hypertension, les infections de la peau, l’ulcère à l’estomac, les douleurs gastriques, la gale, les mycoses qui sont des affections dues à des champignons parasites.

Les feuilles fraîches de moringa bio contiennent par gramme 3 fois plus de fer que les épinards.

Les feuilles fraîches de moringa bio contiennent par gramme 3 fois plus de fer que les épinards.

Les feuilles du moringa bio peuvent servir aussi à reconstruire et à renforcer les os fragiles, à combattre les anémies et la malnutrition, à guérir les pertes de sang, la dysenterie, les infections cutanées et les coliques. Il est en plus un bon laxatif et un bon purgatif, il sert donc à évacuer les selles. En outre, Il est un diurétique, il augmente donc la sécrétion urinaire. Le Moringa est un réservoir de nutriments. Il renferme la vitamine A qui agit comme un bouclier contre les maladies ophtalmologiques et cardio-vasculaires, la vitamine C qui combat une multitude de maladies telles que les rhumes et la grippe, le potassium, très important pour le fonctionnement du cerveau et des nerfs, le calcium, ce nutriment qui sert à bâtir les os et les dents fortes et prévient contre l’ostéoporose, et les protéines qui maintiennent toutes les cellules de notre corps.

En dehors de toutes les richesses précitées les feuilles fraîches de moringa bio contiennent par gramme 3 fois plus de fer que les épinards et autant de protéine que les œufs. Il contient 7 fois plus de vitamine A que les carottes, 3 fois plus de potassium que les bananes et 4 fois plus de calcium que le lait.

De même, les feuilles séchées de moringa bio contiennent 25 fois plus de fer que les épinards 4 fois plus de protéine que les œufs, plus 0,75% de vitamine C que les oranges, 10 fois plus de vitamine A que les carottes, 15 fois plus de potassium que les bananes, 17 fois plus de calcium que le lait. Précisons également que le moringa contient du sélénium, du zinc et les 10 acides aminés.

Par ailleurs, le moringa bio peut servir à purifier les eaux en détruisant 90 à 99% des bactéries. Ses graines contiennent 40% d’huile. Cette huile se rapproche d’une huile supérieure comme l’huile d’olive. Le même moringa peut servir à faire le fourrage des vaches, des moutons, des chèvres, des porcs ainsi que des lapins. Pour ceux qui tiennent des piscicultures, il est un bon aliment pour les poissons. Il sert dans la production du biogaz, de la teinture, et du tannin pour les peaux des animaux. Il contribue à la fertilisation et est une subsistance nutritive très riche pour l’appareil foliaire (flore intestinale).


[Total : 26    Moyenne : 2.7/5]

Le moringa (Moringa oleifera) est un arbre légume très nutritif ayant de nombreuses utilisations possibles pour contribuer à une bonne santé.

Il est consommĂ© depuis plusieurs gĂ©nĂ©rations par les asiatiques qui le considèrent comme la plante la plus riche en nutriments sur Terre. Le moringa est appelĂ© l’arbre de vie car il est l’un des aliments les plus nutritifs qu’offre la nature. La feuille de moringa est d’un vert vif, elle contient plus de 90 nutriments, 46 antioxydants, vitamines, minĂ©raux, protĂ©ines, ainsi que tous les acides aminĂ©s essentiels. Elle est considĂ©rĂ©e comme un super-aliment.

Voici le fruit de moringa bio, mais c'est les feuilles qui sont consommées

Voici le fruit de moringa bio, mais c’est les feuilles qui sont consommĂ©es

La poudre de moringa bio

Les feuilles sont les parties les plus riches en éléments nutritifs de la plante moringa. La poudre de moringa est obtenue en broyant les feuilles déshydratées. Elle est préparée et emballée dans des conditions d’hygiène très strictes. La compagnie Grenera possède en Inde une ferme de 250 hectares où sont cultivés avec soin ses arbres de Moringa oleifera biologiques et où ceux-ci sont ensuite traités dans une usine certifiée ISO 9001:2008. Ses installations sont certifiées BPF, halal et casher.

La poudre de moringa bio est l’une des sources les plus riches de fer et de calcium naturel. Elle est considĂ©rĂ©e comme un supplĂ©ment de multivitamines naturelles. La poudre fabriquĂ©e Ă  partir de feuilles de moringa est reconnue pour apporter un regain d’Ă©nergie de longue durĂ©e lorsqu’elle est utilisĂ©e rĂ©gulièrement.

La fine poudre de feuilles de moringa était traditionnellement utilisée pour cuisiner. Elle peut être ajoutée à du jus, du lait, de la soupe, du thé, des sauces et nombreux autres produits alimentaires.

Les feuilles de moringa bio déshydratées contiennent :

– 4 fois le potassium des bananes

– 4 fois les fibres de l’avoine

– 14 fois le calcium du lait

– 9 fois le fer des Ă©pinards

– 2 fois la vitamine A des carottes

– 2 fois les protĂ©ines du yogourt

Les capsules de moringa bio

Les capsules de moringa sont remplies avec 100% de poudre de feuilles de moringa pur. La feuille de moringa Ă©tant la partie la plus riche en Ă©lĂ©ments nutritifs de la plante, les capsules de poudre de feuilles pures offrent donc le maximum d’avantages pour la santĂ©.

Les capsules utilisées sont végétariennes et contiennent 450 mg de poudre de moringa chacune. Il est suggéré de prendre 4 capsules par jour, 2 le matin et 2 le soir. Un flacon de 120 capsules peut durer un mois pour une personne.

Les bienfaits du moringa bio  :

– Procure un sentiment de bien-ĂŞtre

– Soutient les niveaux normaux de glucose dans le sang

– Favorise une saine digestion

– Augmente l’énergie

– AmĂ©liore la santĂ© de la peau

– Favorise la fonction normale du foie et des reins

– RĂ©duit l’aspect des rides et ridules

– Favorise un taux de cholestĂ©rol normal dans le sang

– Favorise la structure saine des cellules

– Nourrit les yeux et le cerveau

– Active le mĂ©tabolisme par ses ingrĂ©dients biodisponibles

– Favorise les dĂ©fenses naturelles du corps

– Aide Ă  nettoyer le corps en contribuant Ă  l’Ă©limination des toxines, des mĂ©taux lourds et des parasites dans les intestins

– Soutient l’organisme pendant des traitements de chimiothĂ©rapie et de radiothĂ©rapie

– Aide pour les problèmes d’ostĂ©oporose, de maladies de peau, d’infection de la prostate et de l’intestin, de diabète, de goutte, d’arthrite, de maux de tĂŞte et de migraines, de perte de cheveux,

– Riche en antioxydants

– Renforce le système immunitaire

– Anti-inflammatoire

– Favorise la santĂ© du système circulatoire

– Le moringa est considĂ©rĂ© comme un traitement contre l’anĂ©mie et la perte d’appĂ©tit, les douleurs gastriques, les ulcères d’estomac, la diarrhĂ©e, la dysenterie, la colite.

– Il peut ĂŞtre utilisĂ© comme laxatif, purgatif et diurĂ©tique, contre les rhumes, les bronchites, la fièvre et les maux de tĂŞte, les rhumatismes, les crampes musculaires, les bleus et les ecchymoses, les infections cutanĂ©es, la gale, les mycoses, les piqĂ»res d’insectes.

– Le moringa peut ĂŞtre Ă©galement utilisĂ© dans certains cas de diabète pour stabiliser le taux de sucre et peut stabiliser la tension artĂ©rielle. Il augmente la lactation des femmes. En revanche, il ne faut jamais utiliser les racines ou l’écorce des racines chez les femmes enceintes.

Nouveau traitement naturel contre la fibromyalgie : Un nouveau traitement entièrement naturel, gagne en popularité au sein de la communauté de fibromyalgie. Les feuilles de moringa en poudre pure sont biologiques, absolument non toxiques, bon marché et un supplément nutritionnel complet. Sans nécessairement en faire l’étalage, les feuilles de moringa aident discrètement de nombreuses personnes souffrant de fibromyalgie. Plusieurs fibromyalgiques qui utilisent le moringa disent que pour la première fois depuis des années « le brouillard est disparu. » Leur niveau d’énergie est considérablement amélioré et ils dorment beaucoup mieux. Plusieurs membres de la communauté de la fibromyalgie pourraient sans doute profiter de son utilisation.


[Total : 2    Moyenne : 5/5]

Toutes les parties du moringa bio sont bénéfiques

Les feuilles, les fruits, les graines, les racines, l’écorce, les fleurs de cet arbre recèlent des vertus médicinales insoupçonnées
Le mois d’aoĂ»t est rĂ©putĂ© au Sahel comme le plus pluvieux. En effet, durant ce mois, les prĂ©cipitations sont les plus frĂ©quentes et les plus rĂ©gulières. Ce moment est propice pour la croissance des cultures. Ces atouts sont exploitĂ©s par les autoritĂ©s au cours de cette pĂ©riode pour multiplier les activitĂ©s de plantation d’arbres ou de reboisement. Cette annĂ©e 2011 ne dĂ©roge pas Ă  la règle. Le reboisement est en cours, un peu partout, dans le pays. Beaucoup d’espèces fruitières (jujubier, tamarinier) ou d’espèces industrielles telles le gommier, le karitĂ© sont plantĂ©s au cours des cĂ©rĂ©monies de reboisement. Mais, il a Ă©tĂ© constatĂ© que de nombreuses personnes dĂ©sireuses d’embellir leurs vergers ou leurs habitations ignorent tous les avantages qu’elles peuvent tirer du Moringa Oleifera, « Bassi Yirini » en bambara, qui cache des vertus insoupçonnĂ©es. “Ma mère rĂ©coltait les feuilles de cet arbre pour prĂ©parer la sauce de couscous. La consommation rĂ©gulière de ses feuilles avait une grande part dans la bonne santĂ© qu’affichait les membres de la famille”, nous a racontĂ© avec le sourire, Mme Goro Aminata Goro, technicienne en protection des cultures. Cette femme savante est en service Ă  l’UnitĂ© des ressources gĂ©nĂ©tiques (URG) de l’Institut d’économie rurale (IER), installĂ©e Ă  cĂ´tĂ© de la nouvelle CitĂ© administrative en direction de Djicoroni. Le vieux Boubacar Diarra, qui tutoie la centaine d’annĂ©es nous a rĂ©vĂ©lĂ© avec beaucoup d’éloges les vertus de cet arbre. Il prĂ©conise la consommation des feuilles, des graines, des fleurs, de l’écorce, des racines du « Bassi Yirini ». ” Tout en cet arbre, Ă  l’instar du papayer ou du karitĂ©, est utile pour la santĂ© de l’homme “, assure le centenaire. Une bibliographie très abondante corrobore les tĂ©moignages Ă©logieux qui concernent le Moringa Oleifera le nom scientifique du “Bassi Yirini”, en langue bamanakan. Originaire d’Inde, le Moringa bio, appelĂ© aussi « L’arbre qui ne meurt jamais », peut croĂ®tre aussi bien sur un sol riche que sur un sol pauvre. Cet arbre phĂ©nomĂ©nal est peu affectĂ© par les conditions climatiques difficiles, ni par la sĂ©cheresse. Il croĂ®t rapidement lorsqu’il Ă©merge après la semence des graines. Il peut Ă©galement se rĂ©gĂ©nĂ©rer par lui-mĂŞme, après une coupe très sĂ©vère.

TOUT EST BON DANS LE MORINGA OLEIFERA

TOUT EST BON DANS LE MORINGA OLEIFERA

Une mine de vitamines

Le Moringa bio est une plante vivrière cultivée pour ses fruits, qui sont mangés cuits et exportés frais ou en conserve. Au Sahel, les feuilles de Moringa Oleifera sont consommées comme des légumes, notamment dans la préparation de la sauce de couscous dans plusieurs régions du Mali. En effet, des analyses nutritionnelles ont montré que les feuilles de Moringa Oleifera sont plus riches en vitamines, minéraux et protéines que la plupart des légumes. Elles contiennent deux fois plus de protéines et de calcium que le lait, autant de potassium que la banane, autant de vitamine A que la carotte, autant de fer que la viande de bœuf, et deux fois plus de vitamine C qu’une orange. Beaucoup de programmes utilisent les feuilles de Moringa bio Oleifera contre la malnutrition et ses maladies associées comme la cécité. La valeur nutritive des feuilles de Moringa est d’une richesse rarement observée. En effet, les feuilles contiennent une très grande concentration de vitamines A et C, un complexe de vitamines B, du fer, du calcium, des protéines, du zinc, du sélénium et, phénomène assez rare pour une plante, elle possède les 10 acides aminés essentiels à l’être humain. La grande teneur en fer, protéines, cuivre et diverses vitamines et acides aminés essentiels des feuilles de Moringa bio en font un complément nutritionnel idéal. Ne faut-il pas insérer les feuilles de Moringa bio dans les programmes de lutte contre la malnutrition ? Cette option mettra l’accent sur les ressources locales disponibles. Aussi la durée du projet ne sera plus menacée par une rupture d’approvisionnement de produits importés. Les graines du Moringa Oleifera, une fois transformées en poudre, deviennent un floculant naturel, qui clarifie les eaux troubles, dissipant de ce fait 90 à 99% des bactéries. Il a été démontré que ce mélange de graines constitue un coagulant de premier ordre pour le traitement de l’eau des rivières possédant un niveau élevé de matériels solides en suspension. Mme Goro Aminata Goro nous assure avoir fait l’expérience de cette propriété plusieurs fois. Le mélange peut être préparé à partir des graines, mais aussi des résidus pressés (tourteaux) obtenus lors de l’extraction de l’huile des graines. Les puits des ménages peuvent être débarrassés des bactéries grâce à la même méthode et à moindre frais. La société Energie du Mali SA (EDM-SA) pourrait à l’avenir se procurer à moindre frais ces résidus en remplacement de l’eau de javel qu’elle utilise pour rendre l’eau du robinet potable. Les tourteaux de Moringa Oleifera ont l’avantage d’être un produit naturel et biodégradable, sans conséquence pour la santé, à l’opposé de l’eau de javel qui est un produit chimique. Le coût de l’opération avec les tourteaux serait ramenée à des proportions minimes et engendrerait une économie substantielle pour la société sur ce chapitre.

Très recherchées pour la pharmacopée traditionnelle

Les graines de Moringa contiennent 40% d’huile et le profil de l’acide gras de l’huile dĂ©montre qu’elles contiennent 73% d’acide olĂ©ique. L’huile de Moringa bio se rapproche d’une huile de qualitĂ© supĂ©rieure –telle que l’huile d’olive. L’huile de Moringa bio peut ĂŞtre utilisĂ©e comme huile vĂ©gĂ©tale comestible et huile de cuisson (elle rancie très lentement), comme huile industrielle ou comme huile de qualitĂ© dans l’industrie cosmĂ©tique et de parfums ou encore comme huile d’éclairage dans les lampes Ă  huile. Elle produit une lumière claire presque sans fumĂ©e. Enfin, l’huile peut servir de base pour les peintures fines. Les feuilles, les fruits, les graines, les racines, l’écorce, mais aussi les fleurs possèdent chacun des vertus mĂ©dicinales particulières. Le Moringa est considĂ©rĂ© comme un traitement contre l’anĂ©mie, la perte d’appĂ©tit. Il augmente la lactation des femmes, il combat les douleurs gastriques, l’ulcère d’estomac, la diarrhĂ©e, la dysenterie, la colite et il peut ĂŞtre utilisĂ© comme laxatif, purgatif et diurĂ©tique – les rhumes, bronchites, fièvre et maux de tĂŞte – les rhumatismes, les crampes musculaires, les bleus et ecchymoses – les infections cutanĂ©es, la gale, les mycoses, les piqĂ»res d’insectes. Le Moringa bio peut ĂŞtre Ă©galement utilisĂ© dans certains cas de diabète pour stabiliser le taux de sucre et peut stabiliser la tension artĂ©rielle. Toutefois, il n’est pas recommandĂ© d’utiliser les racines ou l’écorce des racines pour les femmes enceintes. La technicienne en protection des cultures, Mme Goro Aminata Goro, assure que des plants sont disponibles pour tous ceux dĂ©sirent lancer une culture Ă  grande Ă©chelle du « Bassi Yirini » pour tirer des revenus substantiels des sous-produits tirĂ©s de la transformation (feuilles, fruits, fleurs, graines, racines et Ă©corce). La technicienne estime que le Moringa OlĂ©ifera est plus bĂ©nĂ©fique qu’un verger d’agrumes ou de mangues. Il est difficile de contredire cette information au regard des multiples avantages que l’on peut tirer de cette plante.


 

Vos serez surement intéressé par ces blogs : sel de Guerande, les fleurs de bach, l'aloe vera, la plante de stevia bio, les femmes nappy, le fruit du camu camu, le sel de Guérande, l'arbre du baobab, la feuille de menthe bio, le fruit de grenade bio, la baie d'aronia bio, chia bio, le fruit de l'acerola bio, le fruit de maqui bio, le fruit de guarana bio, l'huile de jojoba bio, la boisson de maté bio, le silicium organique, utilisation du chanvre bio, le thé de rooibos, l'huile d'argan, konjac bio coupe faim, les antioxydants naturels, le sirop agave biologique, physalis peruviana, la racine de gingembre biologique, le citron yuzu bio, le fruit de cupuacu biologique, la baie d'arbouse bio, la vigne rouge bio pour la circulation, urucum bio contre le cancer de la peau, le fruit de lucuma bio, les amandes biologiques, la cerise, le fruit de mangoustan bio, le thym antioxydant, levure de riz, le citron vert, les antioxydants naturels puissants, le raisin riche en antioxydant, l'ortie bio riche en silice, la baie de sureau, le goji de l'Himalaya, les baies de goji Himalaya, les antioxydants naturels puissants, la pulpe de baobab biologique, les protéine biologique, beurre de karite bio, le fruit de l'argousier bio, la poudre de baobab bio, la feuilles de ginkgo biologique,le goji biologique, le champignon reishi biologique, le transhumanisme, les sushis japonais, le fruit du baobab bio, les baies de goji biologique, la pharmacie biologique, le cannabis biologique, la marijuana biologique, les insectes comestibles, les prooxydants, la poudre de baobab biologique, le pain de singe baobab, le baobab biologique, biologiquement, le bouye jus de baobab, baobab.com, la tomate biologique, les insectes comestibles,le fruit du corossol, le fruit du baobab biologique, la feuille de graviola bio, le bambou bio, l'artemisinine bio anti-cancer, baobab.com, la feuille de corossol, un hamburger vegetarien, la dhea naturelle, couple mixte, le caylar, l'armoise anti-cancer, lait de cafard, pissenlit cancer, graviola corossol, la feuille de papaye anti cancer