Boutique Biologiquement.comTout sur la culture, plantation entretien du Moringa bio

  Posté par moringa       7 avis / commentaires / témoignages
[Total : 116    Moyenne : 2.9/5]

Tout sur la culture du Moringa bio

Semis

Il est préférable pour des raisons de coût et également pour des raisons techniques (fragilité de la racine) de semer directement le Moringa bio dans les champs, plutôt que de repiquer des plants produits en pépinière.
Avant le semis, le sol doit être défriché et labouré.
En général on sème deux graines par poquet, à faible profondeur (2 cm maximum). Si les deux graines germent, lorsque les plants atteignent une hauteur d’environ 30 cm, on arrache le plant le plus grêle pour ne garder que le plus vigoureux.

Espacement

Pour une plantation en monoculture, les arbres sont espacés de 1 mètre sur 1 mètre (photo 1).
Pour une haie, les arbres sont espacés d’un mètre et placés en ligne.
Pour une production en association avec d’autres cultures (agroforesterie), les arbres sont placés en ligne, espacés d’un mètre, et les lignes de Moringa bio sont espacées de trois ou quatre mètres, pour que les cultures intercalaires se développent bien.

Irrigation

Le Moringa bio peut germer et se développer sans irrigation s’il est semé à la saison des pluies.
Sa racine tubéreuse, qui lui sert de réserve d’eau, se forme vingt jours après le semis et permet aux jeunes plants de supporter la sécheresse.
Cependant, pour une production de feuilles satisfaisante, il est préférable d’irriguer en période sèche.

Besoins en eau selon les zones climatiques :
– En zone soudanienne (sud du Togo, par exemple), la production de feuilles est possible toute l’année sans irrigation (avec une baisse de production en période sèche).
– En zone de savane (nord Benin par exemple), les plantations peuvent être conduites sans irrigation mais les récoltes de feuilles seront interrompues en saison sèche.
– En zone sahélienne (Niger par exemple), les plantations doivent être irriguées toute l’année (tous les jours en saison sèche, deux ou trois fois par semaine en saison humide). Il est cependant possible d’irriguer que lorsque l’on dispose d’eau, et de laisser les arbres au repos en saison sèche. Ils perdront leurs feuilles mais ne mourront pas.

Fertilisation

Le Moringa bio peut produire de grandes quantités de feuilles, mais seulement s’il regret des apports organiques suffisants. Ses feuilles sont riches en protéines, il a donc besoin de trouver de l’azote dans le sol. Les minéraux et oligo-éléments si importants dans ses feuilles doivent aussi mettre apportés par le sol.
Plutôt que des engrais chimiques, le compost (déchets végétaux qu’on a laissé pourrir en tas) et le fumier (crottes d’animaux mélangées a déchets végétaux) peuvent apporter les nutriments nécessaires tout en améliorant le sol. C’est le mélange de déchets en décomposition rapide (crottes, végétaux verts et tendre) et a décomposition lente (paille, végétaux secs et fins branchages) qui assure la meilleure fertilisation.
La fertilisation se fait d’abord au moment du labour, avant le semi.
Ensuite, il est important d’apporter du fumier ou/et du compost au moins une fois par an, par exemple en début de saison des pluies, lorsque les arbres vont reprendre une production importante. S’il y a deux saisons des pluies, deux apports sont conseillés.

Plantation, culture de moringa bio
Plantation, culture de moringa bio

Sarclage

Pour une bonne production, les parcelles de Moringa bio doivent être sarclées régulièrement.

Taille

La taille est la pratique culturale la plus importante dans la production de feuilles de Moringa bio. En effet, le Moringa bio a tendance à pousser en hauteur et à produire des feuilles a l’extrémité de ses branches. Si on ne le taille pas, on aura donc des longues branches verticales portant quelques bouquets de feuilles inaccessibles à leur sommet.
La taille a pour but de favoriser la formation de branches secondaires et de donner regret l’arbre une forme de buisson touffu.
Lorsque le plant en plein champ atteint environ 60 cm (au bout de trois mois en général), on coupe la tige principale a 10 cm de son sommet (dessin n°1). On peut facilement la couper a la main ou entre les ongles, car elle est cassante.
Une semaine plus tard, on voit apparaître des branches secondaires. Lorsque celles-ci atteignent à leur tour une longueur de 20 cm, on les coupe à 10 cm de leur extrémité.
Des branches tertiaires vont apparaître, et l’arbre se développera en forme de buisson, avec les feuilles facilement accessibles pour la récolte.

Ensuite, c’est au moment des récoltes que les arbres seront raccourcis (voir récolte).
Si les arbres perdent leur forme buissonnante, par exemple en saison sèche lorsqu’ils ne sont pas récoltés, il est possible de les tailler a nouveau avant la saison des pluies, et même de les couper au raz du sol si nécessaire (c’est ce qui est pratiqué une ou deux fois par an au Niger). Le Moringa bio aime la taille, il ne faut pas hésiter à le raccourcir souvent.

Lutte contre les ravageurs

M. oleifera est peu sensible à l’attaque de ravageurs. Toutefois on observe parfois des attaques de chenilles ou de sauterelles, surtout dans les régions sèches ou le feuillage de Moringa bio attire fortement ces insectes. La meilleure solution dans ce cas semble être de couper les arbres à raz pour ne laisser aucune partie verte. La repousse est ensuite très vigoureuse.
Les traitements chimiques sont à éviter dans la mesure du possible car les récoltes sont fréquentes (tous les 30 a 45 jours) il y a de fortes chances que des résidus de pesticides persistent dans les feuilles.
Certains agriculteurs traitent avec des insecticides à base de Neem, de l’eau savonneuse à 3%, ou d’autres procédés biologiques.
Les parcelles de Moringa bio doivent être efficacement protégées du bétail. Au Niger, les agriculteurs utilisent les branches de Moringa bio pour confectionner des clôtures.

Récolte

On peut commencer à récolter les feuilles trois à quatre mois après le semis.
Si l’on souhaite produire des feuilles avec une teneur maximale en protéines et le moins possible de lignine (parties dures), les récoltes doivent se faire tous les 30 à 40 jours.
Cependant, en l’absence d’irrigation, les feuilles peuvent prendre davantage de temps à repousser (une récolte tous les deux mois en saison sèche par exemple). Des récoltes plus rapprochées sont aussi possibles (tous les quinze jours au Niger).

Deux méthodes de récolte sont possibles :
1. Coupe de toutes les branches feuillées à 50 cm du sol (photo 1). Les feuilles sont ensuite arrachées des branches à l’extérieur du champ (photo 2). Les branches vertes restantes peuvent être données aux animaux comme fourrage. Cette méthode est la meilleure pour deux raisons :
• Les arbres sont taillés à chaque récolte et gardent un port buissonnant
• Les repousses de feuilles sont très vigoureuses et nombreuses
1. On coupe toutes les branches
2. On arrache les feuilles des branches à la même hauteur
3. Les feuilles prêtes à être séchées, vendues, ou effeuillées pour être cuisinées

2. L’autre méthode est l’arrachage direct des feuilles dans le champ, au niveau de leur insertion sur les branches. La récolte est plus rapide, mais la repousse est moins abondante et l’arbre ne fait pas de ramifications. Cette méthode doit impérativement être couplée à une taille deux fois par an pour que les arbres restent buissonnants. Cette taille s’effectue au niveau du tronc, A vingt centimètres du sol.

Durée de vie de la plantation

Le Moringa bio ayant une racine de type tubercule, l’encombrement des racines dans le sol peut conduire à une baisse de production si les arbres sont densément plantés (monoculture).
Cependant, cette baisse n’a été constatée quand dans les plantations de production fruitière en Inde, et dans les systèmes de production de feuille très intensifs (écartement 10 cm entre chaque plant) au Nicaragua. Pour les systèmes de culture décrits dans ce document, nous ne disposons pas d’assez de recul pour connaître la durée vie optimale d’une plantation.

Production de graines

Il est préférable d’être autonome dans l’approvisionnement en graines pour renouveler ou étendre les plantations. Les arbres exploités pour la feuille ne peuvent pas produire des graines car ils sont taillés avant de former leurs fruits. Il est donc conseillé d’avoir quelques plants semenciers. Pour une bonne production de graines, les arbres doivent être espacés de trois à cinq mètres. Ils doivent recevoir la même taille de formation que les autres (décrite plus haut), et être taillées une fois par an pour garder un port buissonnant. Les feuilles ne doivent pas être récoltées. Les graines sont prêtes à être récoltées lorsque les fruits sont bruns et secs.

7 avis / commentaires / témoignages à “Tout sur la culture, plantation entretien du Moringa bio”

  1. Bjr Mesdames et Messieurs,

    Je suis très fasciné de cet arbe ” Moringa ” je cherche les partenaires pour la création d’une plantation biologique au Cameroun. Je dispense plus de 50 Hectares de terrain que je mets pour planter Moringa.

    Je serai très content de vous lire.
    Cordialement

    Bernard
    Tél 004916099537986

  2. salut du coté du burkina faso nous voulons mettre en place une parcelle pour la culture du Moringa bio avec des technique de permaculture nous recherchons des partenaires pour la distribution et l’exportation et d’autre produit sesame, soja,noix d’accajoux,etc contacter pour plus d’info

    mrci
    contact:0022679213013

  3. Monsieur Stéph says ,je serais très reconnaissant , si possible de m’envoyer au moins 200 gr de graines. De moringa ,que je planter dans mon jardin seul pour la consommation de ma famille , mille merci de votre geste de bienfait
    Mon adresse postal.
    Zaafrani mokhtar
    5112 kerker TUNISIE

  4. Quelle quantité de graines moringa faut il pour une superficie de 01 hectare et quel est le prix d’un kg de semence pour cette graine
    Mancoalg@gmail

Laisser un avis / commentaire / témoignage

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *